Joaquim Brandão de Carvalho

jbrandao [at] univ-paris8.fr
Fonction : 
Professeur
Équipe de rattachement : 
Langues, Grammaire, Modélisation (LaGraM)
Thèmes de recherche : 

These last years, my research activities have focused on three domains: the structure of phonological representations, phonological primes, and phonology's interaction with 'upper' modules.

1          I have pursued the work, started with my Habilitation à diriger des recherches (2002), which aims at reducing a number of phonological categories, such as laryngeal features, to structure, more precisely positional contours. I am currently exploring the possibility of extending this assumption to (i) length and syllabification (catch, hold, release), (ii) sonority features (stops, fricatives, sonorants, etc.), and (iii) consonant and vowel clusters. This work has interesting consequences for the study of perception of the so-called ’fine phonetic detail’, and hence for ongoing debates between ’abstractionist’ and ’exemplarist’ approaches in psycholinguistics.

2          As regards phonological primitives, I have also addressed the issue of whether, and how, some kind of hierarchy − in line either with ‘feature geometries’ or with Dresher’s ‘contrastive hierarchy’ − should, and could, be implemented within theories based on monovalent elements, such as Government phonology. Two interesting results of this research concern the structure of vowel systems, and the phonological definition of consonantal place.

3          I have also worked on the way phonology interacts with morphosyntax, on the basis of a modular non-feedforward model of grammar, according to which phonology does not ‘interpret’ a morphologically parsed input; rather, lexicon and morphology ‘exploit’ a phonological input. An interesting result of this research, which emerges from stress placement in the Romance verb, is that it renews an old Neogrammarian thesis by showing that analogy is central to phonology / morphosyntax interaction, and follows markedness conditions.


Ces dernières années, mes recherches se sont orientées selon trois grands axes.

1          J’ai, d’une part, poursuivi le travail, commencé avec mon habilitation à diriger des recherches (2002), visant à réduire un certain nombre de catégories phonologiques, tels que les traits laryngaux, à des contours positionnels. Une seconde étape de ce projet consiste à rendre compte, en termes de contours, (i) de phénomènes comme la durée et la syllabation (implosion/détente), (ii) des catégories de sonorité (occlusives, fricatives, sonantes, etc.) et (iii) de ce que l’on sait de la typologie des groupes consonantiques et vocaliques. Ces travaux ont par ailleurs des implications intéressantes dans le domaine de la perception du « détail phonétique fin » et donc pour les débats en cours entre approches « abstractionnistes » et « exemplaristes » en psycholinguistique ; ils sous-tendent ainsi en partie un travail critique de ces dernières.

2          J’ai, d’autre part, repris et réorienté des recherches plus anciennes sur les primitives phonologiques afin d’explorer la portée de la notion de hiérarchie − celle des « géométries des traits » ou celle des « hiérarchies contrastives » de Dresher − dans un système d’éléments monovalents. Ces travaux ont conduit jusqu’à présent à des résultats remarquables pour la définition des lieux d’articulation consonantiques et la structure des systèmes vocaliques.

3          J’ai, enfin, poursuivi des recherches sur l’interaction entre phonologie et morpho-syntaxe. Fondés sur une théorie modulaire « non-feedforward » de la grammaire − la phonologie n’« interprète » pas des entrées prédéfinies ; lexique et morphologie « exploitent » un input phonologique −, ces travaux ont conduit à des résultats intéressants concernant la place de l’accent dans le verbe en ibéro-roman. Ils réactualisent en effet la vieille thèse néogrammairienne selon laquelle l’analogie est au centre de l’interaction phonologie / morpho-syntaxe, où elle obéit à des conditions de marque.

Enseignements : 

J'enseigne la phonologie en licence et en master.

Publications représentatives : 

Carvalho, J. Brandão de, 2017b. Je ll’ai vu: Perception-driven allomorphic optimization of French l'. Probus, International Journal of Romance Linguistics 29. https://doi.org/10.1515/probus-2017-0009

Carvalho, J. Brandão de, 2017a. Deriving sonority from the structure, not the other way round: A Strict CV approach to consonant clusters. The Linguistic Review 34, 589-614. https://doi.org/10.1515/tlr-2017-0012

Carvalho, J. Brandão de, 2014, C/V interactions in Strict CV. In S. Bendjaballah, N. Faust, M. Lahrouchi & N. Lampitelli (ed.), The form of structure, the structure of form. Essays in honor of Jean Lowenstamm. Amsterdam : John Benjamins, 123-138.

Carvalho, J. Brandão de, 2013, Why there is no backness : the case for dismissing both [coronal] and [dorsal]. In J.-L. Léonard & S. Naïm (ed.), Backness and backing. Munich : Lincom, 45-58.

Carvalho, J. Brandão de, 2013, Représentations versus contraintes : explications formelles et substantielles en phonologie. In A. Tifrit (dir.), Phonologie, morphologie, syntaxe. Mélanges offerts à Jean-Pierre Angoujard. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 143-156.

Carvalho, J. Brandão de, 2011, Contrastive hierarchies, privative features, and Portuguese vowels. Linguística : Revista de Estudos Linguísticos da Universidade do Porto 6, 51-66.

Carvalho, J. Brandão de, N. Nguyen & S. Wauquier, 2010, Comprendre la phonologie. Paris : Presses Universitaires de France.

Carvalho, J. Brandão de & M. Klein, 2010, Opacité phonologique et liaison en français : de la sous-détermination de la variable à la motivation des variantes. Langue française 168, 2010, 53-70.

Carvalho, J. Brandão de, T. Scheer & Ph. Ségéral (eds), 2008, Lenition and fortition. Berlin : Mouton-DeGruyter (collection "Studies in generative grammar").

Carvalho, J. Brandão de, 2008b, Western Romance. In Carvalho, Scheer & Ségéral (eds), Lenition and fortition. Berlin : Mouton-DeGruyter, 207-233.

Carvalho, J. Brandão de, 2008a, From positions to transitions : A contour-based account of lenition. In Carvalho, Scheer & Ségéral (eds), Lenition and fortition. Berlin : Mouton-DeGruyter, 415-445.

Carvalho, J. Brandão de & S. Wauquier, 2007, Approches inductives et théorie phonologique : vrais et faux problèmes. Recherches linguistiques de Vincennes 36, 37-68.

Carvalho, J. Brandão de & M. Russo, 2007b, Y a-t-il des métaphonies ouvrantes en roman ? In D. Trotter (dir.), Actes du XXIVème Congrès International de Linguistique et Philologie Romane. Tübingen : Niemeyer, 43-56.

Carvalho, J. Brandão de & M. Russo, 2007a, Apophonie et analogie : comment la supplétion peut-elle être productive ? In N. Hathou & F. Montermini (dir.), Morphologie à Toulouse. Actes du colloque international de morphologie 4èmes Décembrettes. Munich : Lincom, 27-48 (LINCOM Studies in Theoretical Linguistics 37).

Carvalho, J. Brandão de, 2007, From features to contours : why forms, not acoustic signals, should be modelled. Mathématiques et sciences humaines 180, 29-43.

Carvalho, J. Brandão de & M. Russo, 2006, Analogie et allomorphie : pourquoi la régularité n’est pas toujours régulière ? In C. Kelling, J. Meinschaefer & K. Mutz (hg.), Morphologie und romanistische Sprachwissenschaft. Konstanz : Fachbereich Sprachwissenschaft der Universität Konstanz, 1-21.

Carvalho, J. Brandão de, 2006, Markedness gradient in the Portuguese verb : How morphology and phonology interact. In I. Fónagy, Y. Kawaguchi & T. Moriguchi (eds), Prosody and Syntax. Amsterdam : Benjamins, 157-174.

Carvalho, J. Brandão de, 2005, Building on old foundations : From phonemic theory to C/V-segregation. Folia linguistica 39, 363-384.

Carvalho, J. Brandão de, 2004, Templatic morphology in the Portuguese verb. In T. Meisenburg & M. Selig (dir.), Nouveaux départs en phonologie : les conceptions sub- et suprasegmentales. Tübingen : Gunter Narr, 13-32.

Carvalho, J. Brandão de, 2004, L’analogie est-elle un fait fonctionnel ou grammatical ? Corpus 3, 101-123.